Les kibboutzim mettent leur savoir-faire au service des startups israéliennes

startup israel innovationL’Association des kibboutzim industriels (KIA – Kibbutz Industry Association), fondée en 1962, regroupe plus de 300 kibboutzim en Israël. Depuis l’industrialisation de ce secteur, les kibboutzim produisent toutes sortes de produits : objets en métal, électronique, plastiques, caoutchouc, légumes et fruits en conserve, textiles, médicaments, produits chimiques, composés optiques, etc. C’est un secteur particulièrement dynamique – dont les exportations se chiffrent chaque année en milliards de dollars – à tel point qu’une vingtaine de compagnies installées dans des kibboutzim sont même cotées à la Bourse de Tel-Aviv.


Il y a deux ans, quand Rafi Nevo, directeur de l’incubateur israélien « Hamashtela »
(littéralement : pépinière), réalisa que tout ce secteur industriel entretenait peu de liens avec les startups israéliennes, il se dit qu’il y avait matière à action. Il contacta aussitôt Udi Ornstein, le directeur exécutif de IKA, pour mettre ces deux mondes en relation. Il n’eut aucune peine à la convaincre qu’investir dans les startups était la meilleure manière d’assurer la croissance des kibboutzim.

C’est ainsi que 14 kibboutzim et 7 compagnies ont récemment réussi à lever auprès de différents fonds d’investissement 200 millions de shékels. Au cours d’une conférence réunissant tous les intervenants, différents projets innovants ont été présentés :

  • à l’usage des architectes, une startup compare les plans d’immeubles pour identifier les changements dans les constructions et leur impact sur l’emploi du temps des chantiers et leur coût.
  • à l’usage des urgentistes, une startup permet de mieux évaluer les conséquences d’un traumatisme sur des victimes d’accidents.
  • en matière d’économie d’énergie, une startup détermine les changements nécessaires sur la structure des toits pour qu’on puisse y installer des panneaux solaires.
  • la startup CuraPipe (propriété de Plassim Infrastructures Ltd, du kibboutz Merkhavia) a développé un matériau spécial permettant d’obturer les trous ou les fissures des canalisations sans qu’il soit nécessaire de les mettre à jour – gain de temps appréciable !
  • la startup SmartTap a conçu une « pomme douche intelligente » qui permet de surveiller la consommation d’eau. Les hôteliers apprécieront.
  • la startup Aquallence a inventé un nouveau système de purification des eaux : en utilisant les propriétés de l’ozone, elle élimine toutes les toxines et tous les métaux lourds qu’elle peut contenir.
  • le produit yAlgae, développé par Yehse Tech Co., permet de traiter de manière écologique et à un coût modique des eaux polluées par des rejets industriels.


innovation nature israel startupToutes ces avancées démontrent que les kibboutzim ne sont plus ces petites communautés agricoles collectivistes
où chacun travaillait pour le bien du groupe à salaire égal. Ils ont investi dans les nouvelles technologies, et ouvrent à présent leurs portes à de jeunes entreprises à la recherche de locaux pour développer leur activité. C’est un retour à l’esprit pionnier défricheur des premières années de l’État hébreu : créer à partir de rien. Encouragé par l’éternel positivisme de leurs mères juives – « tant que mon fils n’a pas créé une startup, il est toujours un fœtus » – les nouvelles technos israéliennes vont se greffer sur le terreau humain des kibboutzim et produire les prochaines innovations.