MOBILEYE : la startup qui permet aux voitures de voir mieux que leurs conducteurs

Startup Securite voiture applicationA la fin des années 90, Amnon Shashoua – un chercheur israélien de l’Université hébraïque – eut l’idée de pousser plus loin la technologie des détecteurs volumétriques. Puisqu’on savait repérer l’arrivée d’un intrus dans un espace statique et protégé, pourquoi ne pas essayer d’intégrer ce détecteur dans une structure mobile ?

 

C’est de cette réflexion qu’est née MOBILEYE, la startup israélienne qui permet aux voitures de voir mieux que leurs conducteurs. Pour développer ses recherches, Amnon Shashoua s’est associé avec Ziv Aviram. Ensemble, les deux hommes vont fonder un centre de R et D à Jérusalem et recruter quelques techniciens et ingénieurs spécialisés en vision artificielle. En 2003, après plusieurs prototypes d’applications de systèmes multivision, ils produisent le premier chip EyeQ.

 

Associé à de savants algorithmes, ce processeur peut détecter un obstacle mobile et réagir en conséquence sur un centre de commande. Aussitôt BMW, General Motors et Volvo se portent acquéreurs de cette innovation et l’offrent en option à leurs nouveaux clients. Les fondateurs de Mobileye, qui ont compris que le marché mondial automobile leur a entrouvert ses portes, s’associent avec Denso et Delphi, des fournisseurs de solutions technologiques pour motoristes.

 

En 2005, ils sont repérés par STMicroelectronics qui signe avec eux un partenariat de développement industriel. En 2006, les ingénieurs de Magna Electronics rejoignent Mobileye pour développer un système d’assistance automatique à la conduite de véhicules. L’année suivante, la banque américaine Goldman Sachs investit 100 millions de dollars dans Mobileye. Ce pactole va permettre le développement d’applications visuelles encore plus pointues : détecteur de changement de file, contrôle global, alerte et prévention de collision, reconnaissance des signaux routiers et feux de circulation.

 

En 2008, les innovations Mobileye équipent toutes les BMW des séries 5,6 et 7. En 2009, un nouveau partenariat avec Visteon permet de pousser plus loin les performances de ces systèmes : couplé aux freins, le détecteur de collision sait reconnaître un piéton sur la route, une bicyclette qui zigzague et une moto qui slalome entre les voitures. En 2011, de nouveaux clients – Hyundai, Kia, Chevrolet, Opel – s’équipent des systèmes Mobileye. En 2014, la capitalisation boursière de la société, cotée à la Bourse de New York, est évaluée à 5,3 milliards de dollars.

 

Aujourd’hui, 30 millions de véhicules dans le monde utilisent les applications Mobileye. Selon Lior Sethon, directeur commercial de Mobileye pour l’Europe : « Toutes les flottes d’entreprise qui ont adopté notre technologie enregistrent un recul de 60 à 80 % du nombre d’accidents. Les gouvernements ne tarderont pas à accorder des bonus aux polices d’assurance des véhicules qui en seront équipés. »

 

Actuellement, Mobileye investit dans le développement de systèmes autonomes de conduite. Pour financer ces recherches, il peut compter sur le soutien – et la clientèle – des plus grands motoristes mondiaux, et notamment de Renault-Nissan et de Volkswagen qui ont signé des partenariats avec Mobileye début 2016 : « Tôt ou tard, la réglementation va valider la conduite sans les mains. Nous travaillons sur la mise au point d’un système dormant qui pourrait être installé dans les véhicules et actionné à distance, dès que nous aurons reçu les autorisations nécessaires. »

2 thoughts on “MOBILEYE : la startup qui permet aux voitures de voir mieux que leurs conducteurs

Comments are closed.